La revente de données personnelles en plein essor

La revente de données personnelles en plein essor

La revente de données personnelles en plein essor

Grâce à l’ère numérique et aux nouvelles technologies, les sociétés évoluent maintenant dans une période où le contrôle de données est un enjeu primordial. Le marché de la revente de données personnelles ou « data purchasing » se démocratise lentement et tend à devenir une pratique courante dans le quotidien des internautes.

Le principe de fonctionnement du data purchasing

L’affaire Cambridge Analytica qui a entaché la réputation de Facebook met à jour l’intérêt grandissant des startups et des internautes pour un nouveau business model basé sur la revente des données personnelles numériques.

Rappelez-vous le principe de base de Freemium : si c’est gratuit, c’est vous le produit ! Si le géant des réseaux sociaux aux 2 milliards d’abonnés est toujours gratuit, c’est qu’il se finance en grande partie via l’exploitation des données qu’il récolte des profils inscrits.

Face à l’opacité de ce marché, de jeunes startups initient un nouveau mouvement qui est celui de reprendre le contrôle de ses données et de les revendre soi-même. Leur argument commercial est simple : au lieu de laisser les autres exploiter vos données à votre insu pour un service que vous n’avez pas sollicité, vendez ou échangez-les contre des produits ou des services dont vous avez réellement besoin.

Prenons un exemple concret. La startup lilloise Controletechnique.com vous propose de monnayer vos données en échange d’un service gratuit, mais elle offre également d’autres prestations comme la géolocalisation du centre de contrôle le plus proche de chez vous. Un service fort utile étant donné que du à la récente réforme du contrôle technique de mai 2018, certains centres affichent complet. Voici par exemple, les établissements chez qui je pourrais passer mon contrôle technique à Roubaix en échange de données personnelles.

Vendre ses données, mais à quel prix ?

Si dans la plupart des pays européens, le prix des données personnelles reste flou, aux États-Unis, les data brokers estiment qu’une date de naissance vaut 2$, qu’un numéro de sécurité sociale vaut 8$ et qu’un livret militaire vaut 35$. Pour les étudiants, les personnes à faibles revenus et les retraités, la vente de données personnelles pourrait en effet, représenter un excellent moyen d’arrondir les fins de mois.

Toutefois, les données nues ont peu de valeur. Il faut pouvoir les traiter et les analyser pour voir émerger de nouvelles tendances créant de nouveaux besoins et permettant de proposer de nouveaux services.

Dans notre exemple, la plateforme intuitive permet de bénéficier d’un contrôle technique gratuit à condition que l’automobiliste accepte de compléter un questionnaire sur ses habitudes de consommation et son comportement. Les résultats d’analyse de ces données seront très utiles aux professionnels du secteur (garagiste, assurance, etc…).

La revente est une technique plus ou moins efficace pour protéger ses données. Afin d’éviter les dérives, elle sera néanmoins règlementée par un règlement européen (RGPD) qui vient d’entrer en vigueur (mai 2018).




Aucun commentaire

Joindre la conversation, c'est encore plus agréable!

C'est triste!
Aucun commentaire pour le moment.

Soyez le premier à débuter la conversation!.

Oh Web! a à coeur la protections des données!Votre adresse courriel ne sera pas publié publiquement.