L’intelligence artificielle : la nouvelle étape de la digitalisation des banques

L’intelligence artificielle : la nouvelle étape de la digitalisation des banques

L’intelligence artificielle : la nouvelle étape de la digitalisation des banques

La banque est actuellement au cœur d’un changement technologique majeur qui est en train de littéralement redessiner le marché et ses enjeux. Alors que le Blockchain et le Bigdata ont été sous les projecteurs des médias pendant de nombreux mois pour leurs potentiels intéressants, c’est autour de l’intelligence artificielle (IA) d’être sous les feux de la rampe.

La relation bancaire, premier secteur concerné par l’IA

C’est surtout au niveau de l’univers de la relation bancaire que l’intelligence artificielle interpelle. En effet, alors que la digitalisation du secteur bancaire, notamment sous l’impulsion des banques en ligne, a engendré une mutation concrète dans le rapport des clients à leur banque, on peut s’attendre à ce que le déploiement progressif de l’intelligence artificielle soit également une véritable révolution lourde de conséquence.

En effet, on constate une véritable désertion des clients de leur agence bancaire, dont le nombre ferme à une vitesse exceptionnelle, et qui démontre bien que le rapport à la banque est en train de concrètement évoluer.

L’objectif principal pour les banques de détails via la mise en place de l’intelligence artificielle est avant tout de pouvoir réaliser des économies substantielles, tout en fournissant une qualité de service optimisée. Actuellement, certaines banques se livrent à l’expérimentation de tester l’intelligence artificielle, en utilisant des « chatbots », des programmes informatiques chargés d’IA et capables de répondre aux demandes les plus simples et les plus courantes des clients d’une banque.

Une évolution des métiers à venir

L’utilisation de l’intelligence artificielle risque également d’opérer une nécessaire montée en compétences des conseillers clientèles en véritables experts sur certaines problématiques. En effet, si les robots doués d’intelligence artificielle sont capables de répondre avec succès aux demandes les plus classiques des utilisateurs, il est logique que le métier de conseiller clientèle va évoluer vers une dimension beaucoup plus technique.

La banque Crédit Mutuel a été la première banque française à mettre un pied concrètement dans ce nouvel univers avec son partenariat avec IBM et sa plateforme d’apprentissage cognitive Watson. En effet, la banque française a investi plus de 20 millions d’euros dans cette technologie, qui est actuellement utilisée pour répondre aux demandes par mails des clients dans la thématique de l’assurance et de l’épargne. Pour l’instant, le déploiement se fait en collaboration avec les conseillers clientèles qui utilisent ces logiciels auto-apprenants comme un moyen de gagner du temps, mais il est logique que leur rôle va évoluer rapidement étant donné qu’il s’agit avant tout d’informations cognitives, c’est-à-dire de logiciels capables d’apprendre.

Des entreprises déjà conquises

Dans le monde, on constate une véritable euphorie autour de l’utilisation de l’intelligence artificielle, entre autre à travers l’arrivée des Fintech qui elles proposent des solutions accélérant le processus. Et en la matière, la France est assez en retard quand on constate que certaines compagnies ne sont plus à l’ère des périodes de tests mais ont décidé de remplacer une partie de leur parc d’employés par des technologies d’intelligence artificielle. C’est par exemple le cas de la société d’assurance Japonaise Fukoku Mutual Insurance qui va remplacer plus de 20% de ses salariés de sa division évaluation des paiements par des solutions générées par Watson Explorer.

Source : http://www.detective-banque.fr/




Aucun commentaire

Joindre la conversation, c'est encore plus agréable!

C'est triste!
Aucun commentaire pour le moment.

Soyez le premier à débuter la conversation!.

Oh Web! a à coeur la protections des données!Votre adresse courriel ne sera pas publié publiquement.